Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

[Recommandez ce blog à un ami !] | Page d'accueil du blog | Page d'accueil du site

09/04/2010

Le Grand Piano Noir

gd piano noir.jpg
 Le Grand Piano Noir
Olivier Silloray
"Millézime" Bayard jeunesse, 10,90€
Caroline a dix-sept ans, elle passe le bac français, comme beaucoup de jeunes filles de son âge. Mais Caroline a un rêve hors du commun : devenir pianiste concertiste. Elle a du talent, elle sait qu'elle peut y arriver...si seulement elle pouvait se libérer du trac, de l'angoisse, des trous de mémoires qui reviennent souvent, trop souvent, comme autant d'échecs, pour la faire douter de ses capacités, jusqu'à lui donner envie de tout abandonner. Heureusement, le chemin de Caroline va croiser celui de Jean-Charles.
Un roman indispensable sur le monde musical et l'ambiance des conservatoires, une belle réflexion sur la volonté, le courage et la réalisation de soi. A lire dès 12 ans.
Un grand merci de nouveau à Mireille Marachin pour cette critique.

Publié dans Coups de coeur livres, Romans ados | Lien permanent | Commentaires (0) |

17/02/2010

La voix du couteau


la voix du couteau.jpgLa voix du couteau
Ness Patrick
Traduction de Bruno Krebs
Gallimard Jeunesse, 15,00€
C'est d'abord une voix, qui vous prend, vous happe, une langue déroutante, au vocabulaire déformé, à la grammaire tordue, c'est l'écriture de Patrick Ness qui est à l'oeuvre, qui malaxe et triture la langue, qui nous donne à entendre les pensées du jeune Todd Hewitt, le personnage principal.
C'est ensuite une histoire, un roman initiatique, mené tambour battant, de ces livres qui vous font lutter contre le sommeil, tard dans la nuit.
Todd Hewitt vit à Prentissville où seuls demeurent les hommes, après l'apparition d'un virus, lorsque Todd était encore nourisson, qui a tué toutes les femmes, et laissé cette autre trace terrible de son passage : “le bruit”, les pensées de chacun perpétuellement audibles, brouhaha permanent qui étouffe les habitants de Prentissville en leur interdisant silence, solitude, secret.
Todd va bientôt avoir treize ans, c'est le plus jeune du village, il va devenir adulte aux yeux de la communauté virile de son village après un rite de passage. Il décide de fuir, pour échapper à ce qu'il ignore encore, mais dont il pressent le danger imminent. Prentissville va alors monter une armée, aux trousses du fugitif ; mais pourquoi cet acharnement à le retrouver ?
Et c'est parti pour 400 pages sans temps mort ! Roman d'apprentissage, thriller, récit d'anticipation, Patrick Ness joue sur tous ces tableaux sans jamais perdre la trame serrée et terriblement efficace de son écriture. Saluons ici la traduction de Bruno Krebs.
La Voix du Couteau vient convoquer son lecteur en questionnant les utopies, le totalitarisme, la légitimité de la violence, le fanatisme, les rapports hommes/femmes.
Cet ovni littéraire constitue le premier volet d'une trilogie paru en 2009, le second arrive bientôt...nous sommes plus qu'impatients de le lire.
A partir de treize ans. -Stéphanie

Publié dans Coups de coeur livres, Romans ados | Lien permanent | Commentaires (0) |

04/02/2010

Majestic ciné


imagesCAFAE50J.jpgMajestic Ciné

Sylvie Bessard
Editions du Rouergue, 10,37€
La vie et l’évolution d’un petit cinéma de quartier narrées par …un fauteuil de salle, le 57B (d’où le titre de la pièce de la compagnie Juste à Temps). Ce fauteuil est le personnage principal de l’album, et c’est à travers son regard que l’ouvrage nous présente une belle rétrospective du cinéma des années 20 aux années 90, et surtout du cinéma de genre, avec un bel hommage aux séries B.
L’ouvrage est drôle et enlevé, rythmé et plein d’humour. Plusieurs lectures y sont possibles, selon l’âge et la culture cinématographique du lecteur.
Mais c’est aussi la vie et les transformations d’une salle de quartier, d’un lieu de lien social et de culture de proximité que 57B nous présente ; les spectateurs malpolis, les objets oubliés, les chewing-gums collés sous son assise…tout y passe. Jusqu’à ce que notre sympathique fauteuil échoue dans le salon du couple gérant le cinéma…une belle retraite s’annonce alors pour notre ami le 57B ! -Anne

Publié dans Albums, Coups de coeur livres | Lien permanent | Commentaires (0) |

23/01/2010

Il n'y a pas que les shérifs qui portent une étoile

notice Mireille.jpgIl n'y a pas que les shérifs qui portent une étoile
Serge Rubin
Alice Jeunesse, 9,50€
Le premier roman de Serge Rubin, à découvrir !
Une très belle histoire d’amitié durant la seconde guerre mondiale entre deux enfants, Jacques et Myriam, emportés dans la tourmente de Paris occupée. Myriam est juive et porte une « étoile de shérif » et lorsque sa mère est arrêtée puis déportée, Jacques va réaliser ce que signifie vraiment cette étoile jaune et décider de protéger Myriam coûte que coûte.
Le lecteur est tenu en haleine par l’écriture subtile et tendre de Serge Rubin, menée dans un grand souci d’exactitude historique. Le propos n’en est pas pour autant didactique et c’est là une des grandes forces de ce premier roman : éclairer l’histoire, faire vivre cette période sombre et nous donner un vrai plaisir de lecture. A lire dès le collège.- Un grand merci à Mireille Marachin pour cette critique.

Publié dans Coups de coeur livres, Romans ados | Lien permanent | Commentaires (0) |

21/01/2010

La douane volante


images[1].jpgLa douane volante
François Place
Gallimard jeunesse, 13,50€
Et pour commencer l'année en beauté, un premier roman, mené de main de maître par un grand monsieur de l'illustration et de l'album : François Place.
Du mystère, des atmosphères envoûtantes traversées par des personnages vivants et complexes...vous ne résisterez pas aux singulières aventures de Gwen le Tousseux, petit rebouteux souffreteux emporté peu avant 14-18 loin de sa Bretagne natale par l'Ankou, la mort personnifiée, en un pays inquiétant, de marécages et de canaux labyrinthiques. Où donc est arrivé Gwen ? A quelle époque ? Et que lui veut au juste ce colosse de Jorn qui le recueille ? Gwen n'a qu'une idée en tête : refaire ce maudit chemin en sens inverse.
On avait beau savoir que François Place écrivait bien, nous voici malgré tout épatées par ce long récit inspiré, à l'écriture précise, ciselée et par ce puissant souffle romanesque qui soulève le lecteur.
La Douane Volante est un grand bonheur de lecture, à lire à partir de 13 ans.-Stéphanie

Publié dans Coups de coeur livres, Romans ados | Lien permanent | Commentaires (1) |

12/08/2009

Sélection Quinzaine des Librairies Spécialisées Jeunesse

un rose parfait.jpgUn rose parfait
Nan Grégory (traduit par Vanessa Rubio) / Luc Melanson
Tourbillon

Sélection la Luciole (Angers)

Par ces temps de crise, cet album trace sa route... sans mièvrerie ni moralisme. Le texte de cet album donne la parole à l'enfant et montre que le rêve est moteur, quel qu'il soit. Les adultes bienveillants encouragent Manon dans ses entreprises et c'est son père qui va lui offrir sa musique et déliera le noeud de la frustration.
Plutôt qu'une remise en cause de la société de consommation, cette histoire invite à respecter le goût des enfants sans être l'esclave. Un album à conseiller entre 6 et 9 ans.

un homme.jpgUn homme
Texte et illustration de Gilles Rapaport
Circonflexe

Sélection Tiers-Temps (Aubenas)

Gilles Rapaport, auteur-illustrateur, définit ainsi son rôle de créateur en direction des enfants et des jeunes : "je veux apprendre aux enfants, à être libres de penser autrement, libres d'être différent, libres de se tromper"
Un Homme de Gilles Rapaport, album paru en 2007 aux éditions Circonflexe, fait partie de ces albums excéptionnels qui donnent à réfléchir. Album "coup de poing", dur sans détour, où la force expressive tant des mots que du style graphique sert un thème grave mais essentiel, l'atrocité de la condition des esclaves noirs selon le diktat du code noir ; l'histoire se rappelle au présent sous un angle vif, percutant, pour éveiller les jeunes à ce que être libre veut dire.
L'homme de cette histoire interpelle le lecteur et demande ce qui peut justifier son quotidien : violence, humiliation, souffrance mais nous montre aussi sa détermination farouche et sa rage désespérée : jamais il ne renoncera à ce qui fait de lui un homme : sa liberté. De plus cet album a une volonté de transmission pour toucher le plus grand nombre, il s'adresse tout à la fois aux enfants et aux adultes.

les cheveux de léontine.jpgLes cheveux de Léontine
Texte et illusttrations de Rémi Courgeon
Nathan

Sélection L'Eau Vive (Avignon)

Le dernier album de Rémi Courgeon raconte avec tendresse et poésie comment les autres et l'amour peuvent transformer les chagrins en bonheurs. On passe d'une nuit noire à un champ de coquelicots, et sur les pages se dessinent alors toute la force, agitée et brûlante, de l'enfance.

 

Publié dans Coups de coeur livres | Lien permanent | Commentaires (1) |

Sélection Quinzaine des Librairies Spécialisées Jeunesse

les gestes de la ferme.jpgLes Gestes de la ferme
Texte et photographies de Nicolette Humbert
La Joie de Lire

Sélection L'Autre Rive (Nancy)

Nicolette Humbert est photographe. Parce qu'elle saisit si bien les regards étonnants et étonnés des animaux de nos campagnes, parce qu'elle vient de publier son cinquième album de photographies Les Gestes de la ferme dans lequel elle réussit à nous révéler les moments les plus fragiles qui lient hommes et bêtes ou bêtes entre elles, parce qu'elle aime transmette son art de la photographie documentaire.

les sages apalants.jpgLes Sages Apalants
Texte de Marie-Sabine Roger / Illustrations de Bruno Pilorget
Sarbacane

Sélection Gens de la Lune (Nevers)

C'est le récit d'un voyage. Le texte poétique et sensuel vient à notre bouche avec douceur. Les illustrations lumineuses et chaudes se donnent à nos yeux émerveillés avec forces. Un réel bonheur intimiste que l'on a envie de partager.


vive la ville.jpgVive la ville
Tom Schamp
P'tit Glénat

Sélection Le Chat Pitre (Paris)

Un album chamarré à lire et à manipuler à l'infini. L'univers graphique de Tom Schamp est très personnel, riche d'illustrations pétillantes et colorées, grâce à une technique de peinture acrylique sur carton. Ce nouvel album, qu'on peut lire en boucle en revenant avec plaisir aux mille et un détails d'incroyables compositions, ravira autant les enfants que les parents.

l'agenda du presque poète.jpgL'Agenda du (presque) poète
Texte de Bernard Friot / Illustrations Hervé Tullet
De La Martinière Jeunesse

Sélection Librairie Larcelet (Saint Dizier)

Dans ce livre, Bernard Friot invite le lecteur à découvrir la poésie par le biais de citations. Il propose une activité quotidienne d'écriture poétique, invitant ainsi le lecteur à créer.
L'agenda est un outil, que chacun est libre d'utiliser comme bon lui semble. C'est le principe même d'invitation à la création soutenu par l'ambiance dynamique et moderne des illustrations d'Hervé Tullet.

raymond rêve.jpgRaymond rêve
Texte et illustrations d'Anne Crausaz
Editions MeMo

Sélection Lune & l'autre (Saint-Etienne)

Anne Crausaz, une artiste au talent indéniable, qui séduit par son graphisme aux lignes épurées et par son inventivité.
Editions MeMo, un éditeur de création qui prend soin de ses livres et de ses lecteurs : la qualité du papier et la perfection des couleurs nous donne l'impression de détenir un exemplaire unique entre les mains.
De ce genre de rencontre ne pouvait naître qu'une belle histoire... celle de Raymond, cet escargot farfelu, si imaginatif et si craquant !

Publié dans Coups de coeur livres | Lien permanent | Commentaires (0) |

03/08/2009

Au pays des petits poux


aux pays des petits poux.jpg
Au pays des petits poux
Beatrice Alemagna
Editions Phaidon, 9,95€

Voici de bien jolis petits poux, que l’on aimerait pouvoir épingler sur nos têtes. Le Pays des Petits Poux -comme c’est un titre agréable à dire et répéter !- c’est un vieux matelas, et comme les poux aiment à sautiller, une fête est organisée par l’un deux. Ce sera l’occasion pour chacun des habitants de ce pays de se confronter à leurs différences et à les dépasser. Si le propos n’est pas des plus inventifs, nous retrouvons ici la sensibilité et la beauté de l’univers visuel de Béatrice Alemagna, avec une surprise : l’illustratrice a travaillé la laine bouillie, la broderie et les tissus appliqués et le résultat est irrésistible. Elle nous livre une galerie de portraits de poux réjouissante, expressive et nuancée, aux couleurs épatantes.
A la lecture de cet album, les petits lecteurs éliront à coup sûr le poux qu’ils préfèrent, occasion idéale pour discuter des poux et des couleurs…heu…des goûts et des couleurs, et de mettre des mots sur nos sensations esthétiques.
Et vous, alors, quel poux préférez-vous ?!? A partir de 3 ans. -Stéphanie

 

Publié dans Albums, Coups de coeur livres | Lien permanent | Commentaires (0) |

31/07/2009

Iwamura mon amour

 

la mare aux libellules.jpgLes albums d'Iwamura n'ont l'air de rien, comme ça. Une famille de petites souris, au milieu des bois, une vie sans grandes aventures. La phrase en exergue semble donner le ton : “Grand-père, Grand-Mère, Papa, Maman, et nous, les dix enfants, nous formons une famille de quatorze souris. Moi, Benjamin, je suis le plus petit.” Oui, un côté gentillet, bons sentiments.

Mais il y a ensuite cette qualité de dessin, qui n'en met pas plein les yeux et qui s'impose tranquillement, ce trait botanique, entomologique, cette attention au réel...alors on lit Iwamura, on regarde Iwamura, et parfois, on ne s'arrête plus, comme moi !
La famille souris, ce sont trois générations sous un même toit, une petite famille japonaise traditionnelle, qui vit dans un tronc d'arbre. De livre en livre, c'est leur quotidien qui nous est donné à lire et voir. Les albums d'Iwamura se présentent comme des fenêtres ouvertes sur la nature, le temps, le rythme des jours et des saisons, et diffusent leur douceur de vivre, leur sérénité, finalement bien loin de toute mièvrerie.
Le texte est réduit au minimum, une ligne en bas de page. Il ne décrit pas l'image, mais oriente le regard, invite le lecteur à observer, à prêter attention aux détails qui se cachent dans chaque illustrations, c'est là, sous les fougères, une petite grenouille, où là, plus haut, sur le tronc du châtaignier, un scarabée ! Le regard du lecteur rejoint l'attention et la curiosité spontanées de l'enfant devant les éléments naturels.
Ce qui se passe entre les membres de la famille déborde du texte : au lecteur de lire l'image, en cela les différents albums d'Iwamura pourraient presque ressembler à des albums sans texte. Presque, car même si l'auteur se place délibérément dans l'économie de mots, il les choisit méticuleusement. La première phrase installe souvent une unité de lieu, de temps, de saison

« Après de longues journées de pluie, le soleil illumine la forêt. Les cigales commencent à chanter : c'est l'été »

“Les ombres s'allongent au soleil couchant. “La lessive est sèche”, annonce grand- mère.”

Ces entrées s'inscrivent dans la tradition littéraire japonaise, rappelant les contraintes du Haïku, celle du kigo, par exemple, la référence aux saisons sous forme d'évocation, de symbole. Les albums de la famille souris arrivent à nous plonger dans la culture japonaise, naturellement, sans chercher à forcer le trait “japonisant” ; album après album on s'imbibe de traditions et d'art de vivre nippons et cette aisance dans la découverte d'un ailleurs est un des grands plaisir que procure Iwamura.

Le texte laisse la part belle aux descriptions de la nature :

“Ici, c'est si beau que personne ne parle...Des milliers d'herbes ondulent et, là-haut, les libellules aux ailes de papier de soie se balancent doucement.”

“Et voici que lentement, lentement, la Lune apparaît derrière les collines...Comme elle est ronde et immense ! On croit y voir des montagnes et des océans.”

Iwamura exprime parfois avec une sensibilité spirituelle, assez inhabituelle pour nous, européens, cette attention, cette écoute de la nature :

“Repose-toi bien, petite graine, prends des forces et donne-nous une belle plante vigoureuse”

“Maintenant les grands sont silencieux. “Que fais-tu, Grand-Père ?” “Je remercie la

Lune qui nous éclaire ce soir d'une si douce lumière d'argent...””

Les illustrations d'Iwamura traduisent de toute évidence cette qualité d'observation des êtres et des choses, ainsi qu' une grande connaissance de la nature. Chaque plante, chaque insecte, sont reconnaissables. Les variations de lumières selon les heures de la journée ponctuent et rythment très souvent la lecture des albums. Mais le trait d'Iwamura n'est pas pour autant celui d'un “spécialiste”, d'un scientifique. Car il émane de ses dessins une grande douceur, un goût certain des couleurs, et le plaisir de jouer avec différents angles de vue, différentes échelles, qui jamais ne se donnent à voir comme des tours de force, comme un étalage de son talent, mais comme le signe que le monde peut-être considéré, observé, compris, sous différents points de vue, que le réel est multiple, et que, du coup, le regard de l'adulte n'est pas toujours le seul qui vaille, et celui du petit insecte a sa place, lui aussi.

Beaucoup de place est donnée aux activités manuelles, dans les illustrations et le texte. La famille souris est débrouillarde, construit tout par elle-même, de sa maison (Une nouvelle maison pour la famille souris), à une plate-forme pour dîner dans les arbres (La famille souris dîne au clair de Lune) ou des radeaux pour voguer sur l'eau (La famille souris et la mare aux libellules)ou encore des jeux de société et des luges (L'Hiver de la famille souris). Au-delà de ces constructions et petits chantiers apparaissant de manière évidente dans l'illustration et le texte, il y a la multitude de détails à observer à chaque page et qui indiquent que les objets du quotidien sont tous faits main : les assiettes et bols en bois, les petites échelles en bambou, les fours en terre, les étagères, les paniers en osier, le petit camion en bois de Benjamin, la table, les bancs... En cela, la famille souris est un exemple de décroissance !

La cuisine et ses préparatifs sont présents dans la majorité des albums. Iwamura aime à dessiner les aliments, la nourriture et son partage, et le texte prend le relai en décrivant souvent les saveurs, la gourmandise, le plaisir :

“Petite soeur aime toucher la pâte, douce et tiède comme la joue de Grand-mère.”

“Les gâteaux sont tendres, un peu élastiques, délicieusement collants.”

Cet univers tout à la fois rassurant, dépaysant, quotidien et poétique offre de beaux moments de partages de lecture. Il ouvre aussi de nombreuses pistes bibliographiques : nature et jardinage, faune et flore, temps et saisons, mode de vie japonais, vie de famille, écologie et décroissance.

Alors bonnes lectures à vous, petites souris de librairies ! -Stéphanie

Tous les albums de la famille souris sont édités à l'Ecole des Loisirs.
D'autres titres de Kazuo Iwamura sont également disponibles aux éditions Mijade et Autrement.

Publié dans Albums, Coups de coeur livres | Lien permanent | Commentaires (0) |

07/07/2009

Sélection Quinzaine des Librairies Spécialisées Jeunesse

michel le mouton qui n'avait pas de chance.jpgMichel le mouton qui n'avait pas de chance
Texte et illustrations de Sylvain Victor
Editions Thierry Magnier

Sélection Les Sandales d'Empédocle jeunesse (Besançon)

Michel n'est pas un mouton comme les autres. Ce doux rêveur ne voit pas plus loin que le bout de son nez. Michel pense qu'il n'a pas de chance, enfin c'est ce qu'il croit. Les illustrations de Sylvain Victor nous montre dans le dos de Michel ce qui lui serait advenu s'il avait suivi le troupeau... Il évite ainsi les pires catastrophes sans le savoir, en toute simplicité, pour en finir avec une belle rencontre !
La richesse de ce petit album plein d'humour tient dans le décalage entre ce que nous raconte le texte et ce que nous montre les images.

 

l'ocean noir.jpgL'Océan noir
Texte et illustrations de William Wilson
Gallimard Jeunesse

Sélection Comptines (Bordeaux)

Ce livre retrace, à travers un long et beau texte et d'extraordinaires tentures réalisées selon la tradition béninoise, l'histoire des Africains et de leur rencontre avec les européens : traite négrière, esclavage, colonisation, immigration... William Wilson, auteur et artiste, lui-même né d'une mère française et blanche et d'un père togolais et nooir, raconte ici, l'histoire d'un métissage douloureux et magnifique.
Son oeuvre est à la fois poétique et historique. Son livre totalement inclassable est avant tout celui d'un artiste, et intérressera autant un public d'adolescents que d'adultes.

 

l'écureuil et le printemps.jpgL'écureuil et le printemps
Texte et illustration de Sebastian Meschenmoser
Minédition

Sélection Le Cheval-Crayon (Caen)

Sebastian Meschenmoser maîtrise son art et lorsque l'on se penche sur ses différents travaux de peinture, on est convaincu. Mettre à l'honneur un album dont l'auteur a réussi sur deux plans : textes et images nous ravit. Certaines pages très réalistes surprennent le lecteur. Ce jeune auteur déjoue les codes de la littérature pour la jeunesse, et c'est toujours appréciable !

 

poèmes et chansons de jacques prevert.jpgPoèmes et chansons de Jacques Prévert
Anthologie proposée par Benoit Marchon / Illustrations de Serge Bloch

Sélection Le Bateau Livre (Montauban)

Cet esprit incisif, impertinent et irrévérencieux, à la plume trempée dans l'acide de ce monde, nous manque tant aujourd'hui. Ce poète de la vie, qui jongle avec le sens, qui joue avec la couleur et la musique des mots, parle aux enfants pas sages.

Publié dans Coups de coeur livres | Lien permanent | Commentaires (0) |