Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

[Recommandez ce blog à un ami !] | Page d'accueil du blog | Page d'accueil du site

27/07/2017

On a aimé

couv-Cours-620x817.jpgCours !
Davide Cali et Maurizio A.C. Quarello
Editions Sarbacane
15,5€

 

Le récit relate le parcours édifiant de Théodore Ray Lewis, un jeune homme de couleur issu d’un milieu défavorisé qui vit une adolescence difficile. Mais, contre toute attente, grâce à la confiance que le proviseur de son collège lui témoignera, il va s’apaiser dans ses comportements et son rapport à la vie. Cours ! est une superbe démonstration des bienfaits des liens intergénérationnels, ainsi que de l’éducation et de l’instruction salvatrices d'enfances chaotiques. Certes, le sport a aussi une place prépondérante dans le livre, mais comme un moyen, un exutoire aussi, et non pas comme une fin. L’histoire est racontée à la première personne, c’est la voix du jeune homme qui deviendra adulte qu’on entend. Le texte de Davide Cali est limpide, riche et pourtant concis. Il va à l’essentiel, il est comme Théodore Ray Lewis, le jeune anti-héros du livre, il n’a pas le temps Mr Cali, il a une urgence à se glisser dans la peau du jeune homme, et nous, lecteurs, on a vraiment hâte de savoir la fin…rassurez-vous, il y a un "happy end"…et même de l’amour… Et puis il y a les illustrations de Maurizio A.C. Quarello, fortes et toutes en mouvement, jamais redondantes au récit, amplifiant encore la tension de l’histoire…c’est chaud et captivant comme un beau match de boxe…c’est remarquable. Bref, on ferme le livre, on verse une larme, et on a qu’une envie ; le relire et le partager.

Anne Helman

 

product_9782075077040_244x0.jpgLe visage de Mamina
Simona Ciraolo
Gallimard Jeunesse
15,90€

Si on excepte les petits héros de séries (POB, Tchoupi, Trotro...) où la figure du grand-parent apparaît à l’occasion des vacances ou du mercredi après-midi, la plupart des albums qui parlent de personnes âgées ou de grands-parents abordent souvent la maladie ou la fin de vie. La vieillesse y est rarement représentée de manière positive, si ce n’est peut-être par la figure du sage. Le visage de Mamina est, en ce sens, un album qui sort de l’ordinaire. Une fillette blottie sur les genoux de sa grand-mère, s’interroge sur ses rides et la vieille femme lui fait alors le récit des souvenirs qui ont marqué sa vie et son visage. À chaque ride une double page illustre un souvenir: un fou rire, une rencontre amoureuse, la perte d’un être cher. Les couleurs chaudes et rondes créent un cocon autour de cette complicité entre la petite fille et la vieille femme. Les yeux brillants de Mamina lui confèrent une énergie salvatrice, l’image d’une femme espiègle et forte. Le dernier souvenir, qui fait référence à la naissance de la petite fille, et la dernière image de la famille, qui partage le gâteau d’anniversaire, recentrent le livre sur les liens entre les générations. Simona Ciraolo signe là un livre qui célèbre avec tendresse et émotion le temps qui passe et la transmission.

Pauline Vignaud

Publié dans Albums, Coups de coeur livres | Lien permanent | Commentaires (0) |


ECRIRE UN COMMENTAIRE

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.