Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

[Recommandez ce blog à un ami !] | Page d'accueil du blog | Page d'accueil du site

31/07/2009

Iwamura mon amour

 

la mare aux libellules.jpgLes albums d'Iwamura n'ont l'air de rien, comme ça. Une famille de petites souris, au milieu des bois, une vie sans grandes aventures. La phrase en exergue semble donner le ton : “Grand-père, Grand-Mère, Papa, Maman, et nous, les dix enfants, nous formons une famille de quatorze souris. Moi, Benjamin, je suis le plus petit.” Oui, un côté gentillet, bons sentiments.

Mais il y a ensuite cette qualité de dessin, qui n'en met pas plein les yeux et qui s'impose tranquillement, ce trait botanique, entomologique, cette attention au réel...alors on lit Iwamura, on regarde Iwamura, et parfois, on ne s'arrête plus, comme moi !
La famille souris, ce sont trois générations sous un même toit, une petite famille japonaise traditionnelle, qui vit dans un tronc d'arbre. De livre en livre, c'est leur quotidien qui nous est donné à lire et voir. Les albums d'Iwamura se présentent comme des fenêtres ouvertes sur la nature, le temps, le rythme des jours et des saisons, et diffusent leur douceur de vivre, leur sérénité, finalement bien loin de toute mièvrerie.
Le texte est réduit au minimum, une ligne en bas de page. Il ne décrit pas l'image, mais oriente le regard, invite le lecteur à observer, à prêter attention aux détails qui se cachent dans chaque illustrations, c'est là, sous les fougères, une petite grenouille, où là, plus haut, sur le tronc du châtaignier, un scarabée ! Le regard du lecteur rejoint l'attention et la curiosité spontanées de l'enfant devant les éléments naturels.
Ce qui se passe entre les membres de la famille déborde du texte : au lecteur de lire l'image, en cela les différents albums d'Iwamura pourraient presque ressembler à des albums sans texte. Presque, car même si l'auteur se place délibérément dans l'économie de mots, il les choisit méticuleusement. La première phrase installe souvent une unité de lieu, de temps, de saison

« Après de longues journées de pluie, le soleil illumine la forêt. Les cigales commencent à chanter : c'est l'été »

“Les ombres s'allongent au soleil couchant. “La lessive est sèche”, annonce grand- mère.”

Ces entrées s'inscrivent dans la tradition littéraire japonaise, rappelant les contraintes du Haïku, celle du kigo, par exemple, la référence aux saisons sous forme d'évocation, de symbole. Les albums de la famille souris arrivent à nous plonger dans la culture japonaise, naturellement, sans chercher à forcer le trait “japonisant” ; album après album on s'imbibe de traditions et d'art de vivre nippons et cette aisance dans la découverte d'un ailleurs est un des grands plaisir que procure Iwamura.

Le texte laisse la part belle aux descriptions de la nature :

“Ici, c'est si beau que personne ne parle...Des milliers d'herbes ondulent et, là-haut, les libellules aux ailes de papier de soie se balancent doucement.”

“Et voici que lentement, lentement, la Lune apparaît derrière les collines...Comme elle est ronde et immense ! On croit y voir des montagnes et des océans.”

Iwamura exprime parfois avec une sensibilité spirituelle, assez inhabituelle pour nous, européens, cette attention, cette écoute de la nature :

“Repose-toi bien, petite graine, prends des forces et donne-nous une belle plante vigoureuse”

“Maintenant les grands sont silencieux. “Que fais-tu, Grand-Père ?” “Je remercie la

Lune qui nous éclaire ce soir d'une si douce lumière d'argent...””

Les illustrations d'Iwamura traduisent de toute évidence cette qualité d'observation des êtres et des choses, ainsi qu' une grande connaissance de la nature. Chaque plante, chaque insecte, sont reconnaissables. Les variations de lumières selon les heures de la journée ponctuent et rythment très souvent la lecture des albums. Mais le trait d'Iwamura n'est pas pour autant celui d'un “spécialiste”, d'un scientifique. Car il émane de ses dessins une grande douceur, un goût certain des couleurs, et le plaisir de jouer avec différents angles de vue, différentes échelles, qui jamais ne se donnent à voir comme des tours de force, comme un étalage de son talent, mais comme le signe que le monde peut-être considéré, observé, compris, sous différents points de vue, que le réel est multiple, et que, du coup, le regard de l'adulte n'est pas toujours le seul qui vaille, et celui du petit insecte a sa place, lui aussi.

Beaucoup de place est donnée aux activités manuelles, dans les illustrations et le texte. La famille souris est débrouillarde, construit tout par elle-même, de sa maison (Une nouvelle maison pour la famille souris), à une plate-forme pour dîner dans les arbres (La famille souris dîne au clair de Lune) ou des radeaux pour voguer sur l'eau (La famille souris et la mare aux libellules)ou encore des jeux de société et des luges (L'Hiver de la famille souris). Au-delà de ces constructions et petits chantiers apparaissant de manière évidente dans l'illustration et le texte, il y a la multitude de détails à observer à chaque page et qui indiquent que les objets du quotidien sont tous faits main : les assiettes et bols en bois, les petites échelles en bambou, les fours en terre, les étagères, les paniers en osier, le petit camion en bois de Benjamin, la table, les bancs... En cela, la famille souris est un exemple de décroissance !

La cuisine et ses préparatifs sont présents dans la majorité des albums. Iwamura aime à dessiner les aliments, la nourriture et son partage, et le texte prend le relai en décrivant souvent les saveurs, la gourmandise, le plaisir :

“Petite soeur aime toucher la pâte, douce et tiède comme la joue de Grand-mère.”

“Les gâteaux sont tendres, un peu élastiques, délicieusement collants.”

Cet univers tout à la fois rassurant, dépaysant, quotidien et poétique offre de beaux moments de partages de lecture. Il ouvre aussi de nombreuses pistes bibliographiques : nature et jardinage, faune et flore, temps et saisons, mode de vie japonais, vie de famille, écologie et décroissance.

Alors bonnes lectures à vous, petites souris de librairies ! -Stéphanie

Tous les albums de la famille souris sont édités à l'Ecole des Loisirs.
D'autres titres de Kazuo Iwamura sont également disponibles aux éditions Mijade et Autrement.

Publié dans Albums, Coups de coeur livres | Lien permanent | Commentaires (0) |