Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

[Recommandez ce blog à un ami !] | Page d'accueil du blog | Page d'accueil du site

02/08/2008

Au nom des petites filles et des petits garçons…

Il y a quelques jours, la déléguée de secteur Gallimard jeunesse vient nous présenter les nouveautés à paraître en octobre 2008. Maquettes et explications défilent, Floriane et moi-même sommes attentives. Distinguer les ouvrages de qualité parmi la quantité de livres présentés, déceler ceux qui nous semblent d’emblée moins importants, anticiper la quantité que nous pensons pouvoir vendre de chaque titre à paraître, tel est alors notre travail de libraires. Nous touchons là au cœur de notre métier. Mais lorsque cette charmante jeune femme en vient à nous montrer les deux titres suivants : Les 15 plus belles histoires pour les petites filles et son pendant Les 15 plus belles histoires pour les petits garçons, moi qui étais plutôt affable jusqu’alors, je deviens tout à coup beaucoup moins souriante et lui demande froidement de bien vouloir me montrer la liste des albums contenus dans chacun de ces recueils. C’est ainsi que je vois, par exemple, que Le monstre poilu a été placé dans la compilation pour fillettes, et Rendez-moi mes poux dans celle destinée aux garçonnets… Et là je deviens triste, si triste en pensant à toutes les petites filles qui du coup risquent de ne jamais connaître Mathieu et ses amis les poux et, à l’inverse, à tous les petits garçons qui n’auront jamais l’occasion d’éclater de rire au gré des fameux « Poil au kiki » ou encore « Poil aux fesses » de la malicieuse petite Lucile, héroïne du Monstre poilu… Mon visage se crispe, mon sourire a bel et bien disparu.
La représentante, yeux baissés sur son bon de commande qu’elle s’apprête à remplir, un peu gênée, me pose alors la question suivante : «Vous en prendrez combien ?».
«Zéro»  est ma réponse cinglante, sur un ton sans appel. Sauf que chez Gallimard jeunesse… zéro est un chiffre qui n’existe pas ! - Anne

Publié dans Coup de gueule | Lien permanent |